Skip to content

Catégorie : – SUD Education 91

SUD Education 91

Personnels en contrat CUI : rendez-vous juridique gratuit le mercredi 7 fevrier

SUD Education 91 propose un rendez-vous juridique gratuit aux personnes dont le contrat CUI se termine avant le 31 mars 2018 ou ayant terminé un contrat CUI depuis moins de 1 an, et qui souhaiteraient étudier la possibilité d’attaquer l’administration devant le tribunal des Prud’hommes entre autre sur l’annualisation (24h ou 25h de travail payées 20h).

Maître BOUAFFASSA, avocate du syndicat pour les problématiques des contrats CUI, sera présente pour étudier les dossiers et élaborer avec les personnes concernées la stratégie adaptée. Elle recevra chaque personne individuellement à l’issue d’une présentation générale, c’est pourquoi ce rendez vous est limité à 10 personnespensez donc à prévenir de votre venue par mail : education.sud91@gmail.com

 Ce rendez-vous aura lieu le :

 Mercredi 7 février 2018 à 15 h au local de SUD Education Paris,

30 bis rue des Boulets, 75011 Paris. Métro « Rue des Boulets » ou « Nation ».

Les remplaçant·es du primaire dans l’Essonne (ZIL et BD) se mobilisent contre la départementalisation

Les remplacements dans les écoles sont normalement assurés par les BD (longue durée, tout le département) et les ZIL (remplacement cours dans les circonscriptions).
LE DASEN du 91 veut fusionner ces deux fonctions, ce qui obligera les ZILs à participer au mouvement… sans forcément récupérer leur poste. Les remplacements seraient gérés par « bassin »…

Augmentation du SMIC : moins que des clopinettes !

Le ministère du travail a annoncé, vendredi 15 décembre, que le salaire minimum sera revalorisé, le 1er janvier 2018, de
1,24 %, soit une stricte application de la formule d’indexation mais sans bénéficier d’un « coup de pouce » du
gouvernement.

Il passera de 9,76 à 9,88 euros brut de l’heure ou 7,83 euros net. Il passera de 1 480,27 à 1 498,47 euros brut par mois ou 1 188
euros net (+18,2 euros par rapport à 2017… soit environ soixante centimes de plus par jour… bonjour le mépris !).

Rappelons que limiter la réévaluation du SMIC, qui sert de référence dans nombre de dispositifs sociaux, c’est également tirer
ceux-ci vers le bas, notamment l’ensemble des grilles de salaires.

Réunion : halte aux conditions de travail impossibles dans le primaire !

Des enseignant·es du primaire, adhérent·es du syndicat SUD Education 91, venu·es de Lisses, Etampes, Arpajon, Massy et Palaiseau, se sont réuni·es le 21 novembre en commission lors de l’Assemblée Générale du syndicat.

Elles·ils ont fait ce constat : la situation est de plus en plus préoccupante dans l’ensemble des circonscriptions représentées.

– le manque d’AVS est criant malgré les promesses des « cadres » de la DSDEN du département, que le syndicat a rencontré à deux reprises l’an dernier. Le cas d’une école au bord de la rupture a été évoqué. Les ZIL et les BD sont régulièrement sollicité·es pour pallier les manques ; même si elles·ils le sont sous des prétextes pédagogiques, comme cela est écrit dans une note de service (à Étampes), l’accompagnement des enfants en situation de handicap ne fait pas partie de leur mission. Il est bien évident qu’elles·ils n’abandonnent pas leurs collègues lorsque cela va mal, mais rappelons-le, ce n’est pas leur rôle. Le syndicat soutiendra tous les collègues qui décideront d’user de leur droit de retrait et de grève. Le syndicat soutiendra toutes les actions qui viseront à porter plus avant nos revendications. N’hésitez donc pas à nous contacter.

Vos droits en période de canicule

4 jours de canicule et aucune information ni action de de l’Université ! Faudra-t-il un accident ou un malaise pour que l’Université respecte ses devoirs envers ses agents ?

Une canicule oblige l’Université à intervenir

1/ La loi oblige en effet l’employeur à prendre les mesures nécessaires pour assurer la sécurité et protéger la santé physique et mentale des travailleurs ; l’obligation est une obligation de sécurité et de résultat (Décret n°82-453 du 28 mai 1982) ;

2/ L’université a de prime abord obligation d’informer les agents des mesures personnelles et collectives à prendre en cas de canicule ;

3/ Conformément au code du travail qui s’applique pour l’université relativement aux mesures à prendre en cas de canicule (Décret n°82-453 du 28 mai 1982 et articles du code du travail) :

mettre en place une organisation et des moyens adaptés aux situations d’exposition aux épisodes de forte chaleur,

mettre à la disposition des travailleurs de l’eau potable fraîche,

augmenter la fréquence des pauses,

décaler éventuellement les horaires de travail pour réduire les activités durant les heures les plus chaudes de la journée entre 11 h et 15 h

Et le fait de ne prendre aucune mesure pour prévenir les risques liés à la chaleur peut engager la responsabilité de l’université.

Université Paris-Sud : Déclaration intersyndicale à propos de la « refondation » des laboratoires de physique de la vallée

« Refondation » des laboratoires de physique de la vallée (CSNSM, IMNC, IPN, LAL, LPT)

Les masques tombent !

 Entretenant le flou sur leurs intentions, sous couvert de projet de refondation de nos laboratoires depuis un an,le COPIL lors de l’assemblée du 24 mars dernier a exclu toute solution autre que la fusion (statu quo, fédération, groupement de services ou de  recherche). Ce projet porté par la direction du LAL, soutenu par l’IN2P3 qui impose au CSNSM de participer au projet, veut nous mener à marche forcée vers une fusion en une unité unique.

Qu’est-ce qu’une fusion de laboratoires ?

► Les UMR (Unités mixtes de recherche) à laquelle les agents sont affectés disparaissent.
► Les ITA perdent leur affectation et tout ce qui va avec : profil de poste, changement éventuel de primes, organisation et lieu de travail.
► Un processus « GPEC » d’un an piloté par la DR4, est mis en place ; au cours duquel vous vous voyez proposer un autre poste dans la nouvelle unité. En cas de refus, un autre poste vous est proposé ; si vous refusez encore, un poste en dehors de la nouvelle unité vous sera alors proposé.

La fusion de nos laboratoires ne résoudra pas les problèmes de manque de postes ni de ressources, bien au contraire. Le CHSCT (Comité Hygiène Sécurité et Conditions de Travail) de la faculté des sciences a pu constater lors de visites dans des laboratoires fusionnés ces dernières années, de nombreux cas de souffrance au travail, des dysfonctionnements dans l’organisation, des départs en nombre non négligeable (remplacés éventuellement par des CDD) et l’imposition des méthodes de travail d’un laboratoire « dominant » sur les autres.

Vous avez dit adhésion du personnel ?

Une consultation anonyme en ligne a été réalisée par le collectif Avenir des Laboratoires d’Orsay. Plus de la moitié des agents des laboratoires concernésont répondu (448 sur 827) et seuls 10 % sont favorables à une fusion. Nous sommes loin d’une adhésion  au projet de fusion.

Prise en charge des élèves handicapé(e)s dans les écoles de l’Essonne. Un scandale qui doit cesser !

Rassemblement le mercredi 17 mai 2017 à 14h00
devant la Direction des Service Départementaux de l’Education Nationale ( DSDEN ),
boulevard de France, 91000 EVRY. (Prise en charge des élèves handicapé(e)s dans les écoles de l’Essonne.pdf)

Depuis la rentrée de septembre 2016, des dizaines et plus probablement des centaines d’enfants qui souffrent de petits ou grands handicaps ne sont pas pris en charge par les personnels, – CUI AVS, Auxiliaire de Vie Scolaire -, qui leur sont indispensables pour pouvoir bénéficier de leur scolarité. Il n’y a pas assez de personnels nous dit-on…