Skip to content

Souffrance au travail et répression anti-syndicale à la Communauté de Commune d’Étampes

 

Pétition  en ligne pour soutenir les salariées de la crèche de Morigny-Champigny

Le 2 décembre, deux jours avant les élections professionnelles, les services de la Communauté de Commune de l’Étampois engageaient une procédure disciplinaire injustifiée envers trois candidates de la  liste CGT, toutes trois salariées de la crèche des lutins de Morigny Champigny. Ces trois personnes appréciées de tous, y travaillent depuis 11 ans. Après les avoir laissé exercer sous leurs propres responsabilités,  jusqu’au 12 décembre, ce qui laisse supposer qu’elles n’étaient pas si maltraitantes que ça, la communauté de commune a pris un arrêté de suspension conservatoire à leur encontre.


Cette procédure a été lancée à partir d’un
e lettre de délation d’une collègue. Aucun entretien
préalable au lancement de la procédure n’a eu lieu  et aucune enquête complémentaire n’ a été effectuée. La « coordinatrice » petite enfance, qui par ailleurs figurait  sur la liste du syndicat « autonome », opposé à la CGT,  s’est un peu empressée de lancer la procédure disciplinaire. Son rapport accusateur, au-delà de remettre en cause les trois salariées poursuivies  a touché l’ensemble du personnel de la crèche. C’est  toute une équipe solidaire, qui  ne se laisse pas faire et conteste la direction régulièrement,  qui s’est pris de plein fouet ces accusations de « maltraitance » sur la base d’allégations relayées par une hiérarchie peu scrupuleuse… M Colombani, le président de la communauté de commune et accessoirement, premier adjoint de Franck Marlin, député maire d’Étampes, a beau répéter à qui veut bien l’entendre, qu’il est respectueux du droit syndical et du personnel, pour Solidaire 91,  la manœuvre est grossière. Accuser sans fondement, des salariés qui défendent leurs droits,  c’est de la répression anti-syndicale. Malheureusement, de tels  agissements peuvent avoir des conséquences dramatiques. Le climat de travail insupportable qui règne dans la crèche est assurément facteur de risques psychosociaux.

Le 12 décembre, une auxiliaire de puériculture employée à la crèche tentait de mettre fin à ses jours et en réchappait de justesse. Sa famille a depuis confirmé le rôle de « goutte d’eau » jouée par l’ambiance de travail délétère au sein de la crèche de Morigny, ambiance lourdement aggravée par le lancement de trois procédures disciplinaires affectant ses collègues proches. 

Les responsables de Communauté de Commune ont esquivé le sujet lors de la commission paritaire du 16 décembre et ont même oublié de dire aux représentants du personnel élus qu’ils ne seraient pas reçus ce même jour alors que leur venue étaient programmée. Ce n’est 
pas en  méprisant des syndicalistes, représentants élus du personnel que l’on  devrait aborder une situation aussi dramatique  mais c’est en étant responsable …


À l’heure de la réforme territoriale, face aux restructurations néfastes des communes et intercommunalités, 

face aux petits chefs municipaux et à leurs sous-fifres,
contre
la répression et pour la défense de nos droits:
Une seule réponse : L’Union syndicale !


L’Union Solidaires 91
soutient la grève des agents territoriaux d’Étampes et appelle à participer à toutes les actions qui leur permettront  d’obtenir satisfaction.

Nous revendiquons avec eux, la réintégration immédiate
des salariées de la crèche de Morigny.
Nous revendiquons avec eux,
l’ouverture d’une enquête indépendante sur cette affaire.


Un communiqué de l’Union Syndicale Solidaires 91, Evry,  le 2 janvier 2015

Published in- Solidaires 91