Skip to content

Sud Education 91 continue son tour de l’Essonne et de ses écoles délaissées.

Les Ministres peuvent continuer leurs palabres et dire qu’ils font tout, tout bien comme y faut.
Qu’ils continuent la propagande, nous nous userons  notre liberté d’expression jusqu’au bout en continuant de propager de l’information de terrain.
Aujourd’hui donc, nous vous emmenons dans un petit  village,  dont personne ne parle, sauf nous :Auvers-Saint-George

Panneau d'Auvers-Saint-Georges
Vous savez où c’est ?
À priori, on imagine mal qu’il puisse y avoir des problèmes
dans ce très joli village de la vallée de la Juine.

Auvers, c’est du côté d’Etrechy.
À Auvers, il y ‘a une école primaire de 5 classes qui scolarise les enfants de la Petite Section au CM2.
À Auvers, il y’ a aussi un foyer d’accueil d’enfants placés, enfants ayant eu des parcours difficiles et donc fragiles, et qui auraient besoin d’attention.
À Auvers, il y’ a le Moulin de Vaux, un hôtel qui, en lien avec les services sociaux de l’Essonne et de la Seine-Saint-Denis, loue chambres et appartements à des demandeurs d’asile dont les enfants, une quarantaine, constituent une partie non négligeables des effectifs. Ces enfants, pour bon nombre d’entre eux, doivent apprendre à parler français.
À Auvers, il y’ a beaucoup trop d’enfants que notre administration n’aide pas, ou en tout cas, pas assez au vu de la situation :  Une enseignante d’UPE2A (anciennement Clin, pour les enfants non francophones) d’Étampes, intervient deux journées par semaine auprès de 10 d’entre eux  (délaissant les enfants d’Étampes). L’enseignante G du Rased de Saint Germain-les-Arpajon passe un jour par semaine dans l’école (délaissant les enfants de son secteur habituel). Donc, comme d’habitude, on déshabille Pierre pour habiller (mal) Paul et on ne créée pas les moyens nécessaires pour affronter une situation qui n’est pas nouvelle puisque l’école connaissait déjà ces difficultés l’année dernière. Les enseignants, les élèves, dont certains sont très fragilisés par leur histoire personnelle, vivent et travaillent dans des conditions difficiles,, on l’aura tous compris.

Mais le pire est peu-être à venir: Les effectifs baissent et une fermeture de classe est à prévoir pour la rentrée (100 élèves pour 5 classe donneraient lieu à une fermeture). On peut aussi craindre que l’action de l’enseignante UPE2A ne soit pas reconduite l’année prochaine…
Mais ne nous inquiétons pas, les chefs sont au taquet:  La Direction Académique et ses capitaines de Mammouths mènent un « audit » sur l’école et cherchent les moyens appropriés à mettre en place. Ils verront  comment en déshabiller certains pour en habiller d’autres. Ils feront connaître leurs conclusions probablement au mois de mai, après les cantonales car on n’évoque jamais les problèmes scolaires en temps électoral… Ça, c’est la tradition… La Carte scolaire et les choses qui fâchent, on en parle après les élections…

En attendant, les idées de rejet des « étrangers  » et des « enfants en difficulté » font choux gras et certains  en profitent pour déverser de la boue idéologique autour des demandeurs d’asile du Moulin de Vaux
… Certains parents délaissent l’école du village et fréquentent l’Ecole Privée, ce qui permet d’échapper à la Carte Scolaire… Tout cela, alors que, ironie du sort, on entame, c’est la ministre qui le dit, le grand retour de la République et le grand plan éducatif prioritaire du vivre ensemble … Qu’est ce que c’est bien….

Encore faudrait-il qu’on s’occupe des réalités du terrain, qu’on mette les moyens, le professionnalisme et le savoir faire à disposition des écoles et des enfants et aussi de leurs familles.. pour que tout le monde retrouve la sérénité indispensable à une coexistence enrichissante.

Pour cela, à Auvers, il faudrait:
-Ne pas fermer de classe (20 par classe avec l’hétérogénéité des niveaux et les difficultés de certains élèves, cela se justifie humainement,
pédagogiquement et socialement )
– Une poursuite de l’action envers les enfants non francophones
– L’intervention complète du Rased maître E et G
– Un enseignant surnuméraire… Donc, des moyens supplémentaires, et une aide permanente sur l’école
– Une meilleure prise en compte de la situation par la municipalité et un effort de solidarité pour faciliter l’intégration de ces familles.

Oui, on sait, il n’y a pas les moyens et la Dette est énorme ! Peu importe,  il faut faire passer l’égalité et l’être humain avant tout….
La dette, c’est aux évadés fiscaux et aux actionnaires  qu’il faut la faire payer, pas à nos élèves, pas à nos écoles !
Sinon, il ne faut pas faire semblant de s’étonner lorsque des jeunes paumés se radicalisent. Car sur le terreau de la misère ne poussent que  les fleurs vénéneuses que sont le fascisme et  les fanatismes religieux..  Les fascistes et les fondamentalistes sectaires, ont toujours du lisier pour nourrir la Bête… puisque le Capitalisme, en produit à tour de bras.

Que ceux qui se gaussent sur les flancs de la République…. Ceux qui gouvernent  en détruisant les services publics et les droits du Peuple pour offrir des profits aux patrons, aux banques,aux rentiers,aux évadés fiscaux et aux vendeurs d’armes  commencent déjà par se taire et à agir concrètement…. Et  sinon, qu’ils aillent, peigner les girafes ailleurs après  avoir rendu TOUT ce qu’ils usurpent !
 
Si vous aussi, vous voulez qu’on parle de votre école, contactez-nous… On viendra. On adore la géographie…. 

Published in- Primaire- SUD Education 91