Menu

© 2012 BlogName - All rights reserved.

Firstyme WordPress Theme.
Designed by Charlie Asemota.

Université Paris-Sud : Déclaration intersyndicale à propos de la « refondation » des laboratoires de physique de la vallée

8 juin 2017 - Author: admin - Comments are closed
« Refondation » des laboratoires de physique de la vallée (CSNSM, IMNC, IPN, LAL, LPT)

Les masques tombent !

 Entretenant le flou sur leurs intentions, sous couvert de projet de refondation de nos laboratoires depuis un an,le COPIL lors de l’assemblée du 24 mars dernier a exclu toute solution autre que la fusion (statu quo, fédération, groupement de services ou de  recherche). Ce projet porté par la direction du LAL, soutenu par l’IN2P3 qui impose au CSNSM de participer au projet, veut nous mener à marche forcée vers une fusion en une unité unique.

Qu’est-ce qu’une fusion de laboratoires ?

► Les UMR (Unités mixtes de recherche) à laquelle les agents sont affectés disparaissent.
► Les ITA perdent leur affectation et tout ce qui va avec : profil de poste, changement éventuel de primes, organisation et lieu de travail.
► Un processus « GPEC » d’un an piloté par la DR4, est mis en place ; au cours duquel vous vous voyez proposer un autre poste dans la nouvelle unité. En cas de refus, un autre poste vous est proposé ; si vous refusez encore, un poste en dehors de la nouvelle unité vous sera alors proposé.

La fusion de nos laboratoires ne résoudra pas les problèmes de manque de postes ni de ressources, bien au contraire. Le CHSCT (Comité Hygiène Sécurité et Conditions de Travail) de la faculté des sciences a pu constater lors de visites dans des laboratoires fusionnés ces dernières années, de nombreux cas de souffrance au travail, des dysfonctionnements dans l’organisation, des départs en nombre non négligeable (remplacés éventuellement par des CDD) et l’imposition des méthodes de travail d’un laboratoire « dominant » sur les autres.

Vous avez dit adhésion du personnel ?

Une consultation anonyme en ligne a été réalisée par le collectif Avenir des Laboratoires d’Orsay. Plus de la moitié des agents des laboratoires concernésont répondu (448 sur 827) et seuls 10 % sont favorables à une fusion. Nous sommes loin d’une adhésion  au projet de fusion.

NON au Laboratoire unique !

Ce projet ressemble à une fuite en avant, il ne répond pas à un projet scientifique commun. Pour pallier les problèmes actuels de certains laboratoires le projet de fusion, sous couvert de refondation, est une restructuration qui provoquerait des dégâts humains  considérables. D’autres solutions sont possibles pour travailler ensemble, plus souples : sans déstructuration des équipes ni souffrances inutiles.

        

Categories: - SUD Education 91, - Supérieur, - Université Paris Sud